Reportage Photo à Angoulême, 2002

Petite interview d'Alberto sur Angoulême :

Angoulême, c'est plusieurs jours de dédicaces avec beaucoup de monde, des soirées, des nuits courtes et au final, une grosse fatigue. Donc, tout d'abord ,j'espère ne pas être malade un ou de jours avant(cela m'est arrivé une fois à Angoulême, je suis tombé malade le jour de mon arrivée. Finalement, je suis parti plus tôt! Dédicacer à Angoulême si on n'est pas en forme, c'est vraiment dur). Je n'ai aucune appréhension particulière en allant à Angoulême, au contraire, je serias même plutôt impatient. J'aime bien croiser des copains (c'est quand même l'occasion de les croiser presque tous), de discuter, faire la fête, et sentir que la ville respire bd plusieurs jours, je trouve ça vraiment cool. Une expo ou deux, mais ça m'étonnerait, comme à chaque fois. J'aime aussi les pause café au bistrot ou tu croise toujours quelqu'un avec qui tu discute, etc. Je me ballade très peu dans les bulles, en tout cas, pas le week-end (beaucoup trop de monde) et finalement je vois très peu de chose du salon en lui-même (comme d'habitude pour beaucoup d'entre-nous).

Et la rencontre avec les lecteurs?

Que ce soit à Angoulême ou ailleurs, il y a toujours rencontre (sauf si tu es malade, bien-entendu), mais là, particulièrement, c'est un peu moins facile de discuter, il y a vraiment beaucoup de monde… Une vrai rencontre est impossible, il faut contenter le plus de gens possible et le rythme et forcément plus soutenu… Tu discute moins. Donc, en cela c'est peut-être moins sympa, surtout pour le lecteur en fait, qui fait la queue plusieurs heures, et au mieux il à une dédicaces mais n'aura pas échangé deux mots avec l'auteur, et au pire, il n'a pas de dédicaces. Mais rappelez-vous quand-même qu'un salon (et Angoulême,en partiulier), c'est l'occasion de voir un maximum d'expo, de se ballader et de découvrir. Ce sont les fins d'après-midi que je redoute un peu, quand je sens que les gens s'impatientent et qu'il va falloir que j'arrête, je déteste ce moment là (mais ce n'est pas propre à Angoulême). Je résumerai en disant que pour moi, Angoulême, c'est un peu la fête. Le lecteur peut réellement découvrir pleins pleins de choses qu'il ne verra pas ailleurs (expo,etc...), mais pour unr réelle rencontre auteur/lecteur, je pense quand-même que ce sont les petits salons qui les permettent. Et surtout en période estivale.